samedi 18 mai 2019

L’incidence des traumatismes sur les victimes d’agressions sexuelles d’âge adulte

  droitenfrancais       samedi 18 mai 2019


L’incidence des traumatismes sur les victimes d’agressions sexuelles d’âge adulte





L’incidence des traumatismes sur les victimes d’agressions sexuelles d’âge adulte

Dans notre société, les agressions sexuelles sont un problème sérieux et largement répandu. Pourtant, au lieu de rendre justice, le système de justice pénale constitue trop souvent une source de détresse supplémentaire pour les victimes d’agression sexuelle.

Il est bien connu que de nombreuses victimes décident de ne pas signaler les crimes de violence sexuelle qu’elles ont subis. Quant aux victimes qui décident de faire un signalement et de se soumettre au processus judiciaire, le système de justice pénale est souvent un mécanisme qui leur inflige d’autres traumatismes, et voire qui leur nuit.

Les agressions sexuelles font souvent vivre un traumatisme. Le traumatisme a une incidence neurobiologique, c’est-à-dire qu’il touche notre cerveau et notre système nerveux. Pour cette raison, il est impératif que ceux qui œuvrent dans le système de justice pénale possèdent une compréhension de base des effets et de l’incidence d’un traumatisme chez les victimes d’agression sexuelle. Cela aidera les professionnels de la justice pénale à traiter les cas d’agression sexuelle plus efficacement et à recevoir les éléments de preuve liés à ces cas d’une façon plus juste et plus impartiale.




Un changement de paradigme important et significatif s’est produit dans nos connaissances sur les réactions des victimes à des événements traumatisants, comme une agression sexuelle, et cela inclut l’effet d’un traumatisme sur la mémoire. Cette compréhension a approfondi les connaissances et mené à de meilleures pratiques, ce qui nous aide à mettre au point et à rendre plus efficaces les interventions du système de justice pénale en matière d’agression sexuelle. Des connaissances issues de la neurobiologie des traumatismes ont aidé des spécialistes travaillant dans un large éventail de domaines à mieux saisir les réactions psychologiques et physiologiques à des crimes tels qu’une agression sexuelle, ainsi que la manière dont ces réactions touchent les victimes. Ces connaissances, par ricochet, ont facilité la prestation de services tenant davantage compte des traumatismes ainsi que l’exécution d’interventions plus appropriées et efficaces, et ce, depuis les premiers intervenants, comme les policiers, jusqu’aux avocats et aux spécialistes du droit qui œuvrent dans les salles d’audience.

Le présent rapport vise principalement à exposer certaines des principales constatations tirées de cet ensemble de connaissances et à les appliquer au problème des agressions sexuelles et de leurs effets sur les victimes. Plus particulièrement, nous examinons et mettons en évidence certains des importants développements du domaine de la neurobiologie des traumatismes qui sont pertinents au crime unique qu’est l’agression sexuelle. Nous appliquons leur pertinence aux nombreuses difficultés entourant le traitement des dossiers criminels dans les cas d’agression sexuelle.




La société en général ne comprend toujours pas bien les réactions des victimes d’agression sexuelle, et les « mythes entourant le viol » sont encore répandus. Malheureusement, ces incompréhensions persistent dans le système judiciaire. En fait, elles contribuent aux lacunes continues du traitement des affaires d’agression sexuelle dans le système de justice pénale, menant à une justice imparfaite pour les victimes et les survivants. On a décrit ce phénomène comme une « lacune en matière de justice » pour les cas d’agression sexuelle. Nous affirmons que cette lacune peut, en partie, être comblée si nous nous rapprochons d’un système de justice pénale tenant davantage compte des traumatismes. Cela mènera ainsi à des résultats plus justes pour les plaignants dans ce domaine tout en assurant davantage l’impartialité et l’équité que les procès criminels sont censés offrir à tous les participants.

Table des matières
Résumé
PARTIE I – Les répercussions traumatisantes de l’agression sexuelle sur les victimes
PARTIE II – L’incidence neurobiologique du traumatisme sur le cerveau
PARTIE III – Les effets d’un traumatisme sur la mémoire et les souvenirs
PARTIE IV – Pratiques prometteuses pourquoi nous avons besoin d’un système de justice pénale tenant compte des traumatismes
Références


logoblog
Previous
« Prev Post