mardi 23 avril 2019

Résumé des quatre auteurs d’économie Adam Smith David Ricardo Thomas-Robert Malthus Jean-Baptiste Say

  droitenfrancais       mardi 23 avril 2019


       Résumé des quatre auteurs d’économie
Adam Smith
David Ricardo
Thomas-Robert Malthus
Jean-Baptiste Say





       Résumé des quatre auteurs d’économie
Adam Smith
David Ricardo
Thomas-Robert Malthus
Jean-Baptiste Say


Résumé des quatre auteurs d’économie :

                                 A. Adam Smith (1723-1790) :
Question centrale chez Smith est celle de l’origine de la croissance économique.
Ø La division du travail est l’élément essentiel donc il faut une éco de marché
Ø La main invisible du marché assure la meilleure allocation possible des ressources disponibles
Ø Théorie des avantages absolus
D’où vient la croissance économique ?
Smith distingue travail productif et improductif :
L’ouvrier ajoute de la valeur à la valeur du matériau qu’il travaille,
Les militaires, les ecclésiastiques, les penseurs, ne produisent pas de valeur.
Degré de richesse d’une nation dépend de 2 facteurs :
Ø Habilité et intelligence des travailleurs
Ø Part respective des travailleurs productifs et improductifs.
Or l’habilité des travailleurs augmente avec la division du travail :
Ø Toujours la même tâche
Ø On évite perte de temps de passer d’une tâche à une autre
Ø Favorable à invention nouvelle machines car permet à certains individus de se consacrer entièrement à la recherche.
Mais il existe 2 limites à la division du travail
Ø Dimension du marché : plus la marché est grand, plus il y a commerce
Ø Coûts sociaux : si on fait toujours même opération alors on ne développe pas intelligence.



La main invisible
Chacun investit le plus près possible de chez lui donc développement économique nationale. Les capitaux s’orientent spontanément vars les secteurs à forte valeur ajoutée. « Il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions ». Donc critique du protectionnisme et apologie du libre-échange.
La théorie des échanges absolus
Chaque pays a intérêt à se spécialiser car il trouve avantage dans l’échange.
Limites au libre-échange :
Ø Quand l’indépendance nationale est menacée
Ø Quand l’industrie intérieure est pénalisée par rapport aux concurrents étrangers par une forte fiscalité
Ø Quand l’emploi est menacé.
Le rôle de l’Etat
Pour Smith, l’Etat doit être uniquement un Etat gendarme, c’est la défense des droits de propriété, et la défense publique et la production des biens collectifs.
Le problème de la valeur et des prix
Ø Différenciation entre valeur d’usage et valeur d’échange. La valeur d’usage c’est l’utilité d’un bien, la valeur d’échange c’est la valeur relative à chaque bien sur le marché.
Ø Distinction prix réel : valeur de chaque marchandise et prix nominal : quantité  d’argent qu’il faut pour céder ce bien contre un autre bien donné. Ainsi, la valeur de l’or et de l’argent variant, le prix nominal peut changer sans qu’il y ait changement du prix réel. Donc, la valeur travail est difficile à mesurer donc véritable prix, celui du marché qui est marchandé, débattu.
Ø Distinction prix naturel : ce que vaut vraiment la marchandise et prix de marché : confrontation offre et demande. Théorie de la gravitation des prix de marché autour du prix naturel.




L’analyse de la répartition
Salaires, profits et rentes sont trois sources primitives de revenus.
Ø Les salaires : c’est parce qu’il y a eu appropriation privée des moyens de production que le travailleur ne récolte pas l’ensemble du produit de son activité. Conflits d’intérêts et les employeurs sont presque toujours gagnants car moins nombreux et plus riches donc plus organisés. Donc le salaire se fixe au niveau du minimum de subsistance.
Ø Les profits : la concurrence tend à faire diminuer les profits.

                                        B. David Ricardo (1772-1823) :
IL publie en 1817, Des principes de l’économie politique et de l’impôt et il entretient une riche correspondance avec Malthus et Say.
La théorie des avantages comparatifs
Ricardo va montrer que même en l’absence d’avantages absolus, les pays ont intérêt à se spécialiser à condition qu’ils détiennent un avantage comparatif dans la production d’un bien. Cette théorie n’est valable que dans le cadre de l’hypothèse suivante :
Rigidité des facteurs de production entre les pays, les individus ne veulent pas travailler dans un autre pays ni y placer des capitaux.
La théorie de la répartition et de la croissance
Ø La rente :
La rente c’est ce qu’on paie aux propriétaires terriens pour exploiter la terre. Au fur et à mesure que l’on met des terres en culture, elles sont de moins en moins fertiles. La rente, c’est la quantité de travail nécessaire pour produire sur la terre la moins fertile.
Ø Les salaires :
Le prix naturel c’est le salaire de subsistance, c’est à dire assez pour que l’ouvrier puisse vivre et entretenir sa descendance qui assure sa reproduction. Donc le salaire dépend du prix des biens nécessaires à l’ouvrier et à sa famille. Ce salaire peut être différent selon les périodes, c’est un minimum sociologique.
Le prix courant c’est le salaire qui se fixe en fonction du jeu de l’offre et de la demande sur le marché du travail. Il tend à se rapprocher du prix naturel même si la croissance peut être favorable aux salariés car dans ces périodes, le salaire se fixe à un prix courant supérieur au prix naturel.




Ø Les profits :
Ricardo part du principe que chaque entrepreneur essaie de placer son capital de la manière la plus avantageuse. Donc à terme égalisation des taux de profit. Implicitement, hypothèse d’information parfaite reprise par éco néo-class. Pour Ricardo, plus salaires sont élevés, plus profits sont bas. Or, salaires dépendent prix des biens en particulier prix du blé donc dépendent de la rente. Donc indirectement, plus rente élevée, plus profits bas. Ricardo est contre les Corn Laws votés en 1815. Comme avec la croissance rente augmente, à terme profits de plus en plus bas et état stationnaire.
La théorie de la valeur et des prix
Valeur échangeable des biens :
Le travail nécessaire pour acquérir marchandises
Le degré de rareté des biens.
Donc deux sortes de biens, ceux dont la rareté est la valeur (par ex œuvres d’art) et ceux qu’il nomme marchandise qui désigne l’ensemble des biens reproductibles en grande quantité par l’industrie.
Pour Ricardo, travail incorporé et non pas commandé au sens de Smith, c’est à dire quantité de travail nécessaire pour produire un bien + quantité de travail pour produire les outils qui entrent dans la fabrication de ce bien.




                          C.Thomas-Robert Malthus (1766-1834) :
Il publie en 1798 Essai sur le principe de population et en 1820 Principes d’éco politique
La loi de la population
La pauvreté procède du décalage existant entre le taux de croissance des biens de subsistance et celui, sans entrave, de la population, la population croit plus vite que la production de biens alimentaires donc création de pauvreté, L’expansion de la population peut être freinée par :
La misère, le vice et l’attitude des individus qui les conduit à ne pas se marier avant de pouvoir subvenir aux besoins de leurs enfants. Malthus hostile au développement du vice est partisan du mariage tardif pour éviter hausse trop importante de la population.
Malthus est partisan de la suppression de « la loi sur les pauvres », l’assistance aux plus démunis permet aux pauvres d’assurer la subsistance d’un plus grand nombre d’enfants et donc la croissance démo s’accélère. De plus, si la masse de biens disponibles reste constante, la poussée démo et l’augmentation de la demande engendrent une hausse des prix des biens alimentaires et une baisse des salaires réels. Donc « les lois sur les pauvres tendent à aggraver la situation courante des pauvres ».
Malthus est également contre les politiques de réduction des inégalités car s’il n’y a plus de pauvreté il n’y a plus de frein à l’expansion démographique et à terme la pénurie s’installe. Il défend par contre l’aide aux agriculteurs pour développer la production les biens alimentaires.




La loi de Malthus a été contredite par les faits. Elle reposait implicitement sur l’absence de gains de productivité et sur la progression géométrique de la population. Or, ces deux hypothèses ne sont pas vérifiées. La validité de cette loi reste posée pour les PVD.
La question du rôle de la demande effective
Malthus s’interroge sur les causes de la croissance. Il va centrer son argumentation sur les motivations qui poussent les entreprises à accumuler. Malthus s’accorde avec Say sur le fait que ce qui pousse les entrepreneurs à produire c’est l’existence de débouchés. Là où sa pensée diffère c’est lorsque Say affirme qu’il ne peut y avoir d’insuffisance générale de la demande. Pour Malthus, la demande peut s’établir à un niveau trop faible pour assurer l’écoulement sur le marché des marchandises.
Plusieurs arguments à cette théorie :
Que la demande effective existe dès la décision de production.
Un revenu n’engendre pas nécessairement une demande effective de même montant. La production doit correspondre aux goûts des consommateurs.
Donc Malthus donne un rôle primordial à la demande effective qui pour lui est « une demande faite par ceux qui ont les moyens et la volonté d’en donner un prix suffisant avant même le début de la production ».
Facteurs favorables à l’augmentation de la demande effective :
Intervention de l’Etat si elle reste modérée et temporaire.
Favoriser l’emploi des travailleurs improductifs qui consomment plus de biens matériels qu’ils n’en produisent.
Occuper les ouvriers à des travaux publics pour donner des salaires.



                                               D.Jean-Baptiste Say (1767-1832):
Il publie en 1803, Traité d’éco politique.
Le prix, un indicateur de l’utilité des biens
Valeur d’échange : le prix
Valeur d’usage : l’utilité pour satisfaire l’acheteur de ce bien.
« Le prix est une indication de l’utilité que les hommes reconnaissent dans une chose ».
La seule limite min au prix c’est le coût de production.
Say a une conception large de la richesse, la production étant une création d’utilité.
Produits matériels et immatériels
Produits matériels : susceptibles d’être conservés
Produits immatériels : services qui ont pour caractéristique d’être consommés en même temps que produits.




Say rejette la distinction de Smith entre activité productive et improductive.
Une remise en cause de l’analyse de la répartition de Ricardo
Say va proposer une étude différente de la répartition où toute perception de revenu est une juste contrepartie de la participation de chacun à l’activité productive.
Le propriétaire foncier perçoit le « profit du fonds de terre »
Les apporteurs de capitaux le « profit de capital »
Et les salariés « le profit de l’industrie ».
Toutes les catégories sont de même nature et toutes ont pour contrepartie une valeur produite. « Personne ne récolte là où il n’a pas semé ».
La loi des débouchés
C’est la production qui ouvre des débouchés aux produits. L’acte productif créé des richesses distribuées sous forme de salaires, rentes et profits, qui servent par la suite à acheter les produits sur le marché. Ainsi, les sommes distribuées lors de la production sont égales aux sommes demandées pour consommer. Comme la demande tend toujours à correspondre à l’offre, alors seules les crises sectorielles sont possibles et se résorbent par le libre jeu du marché.
Cette thèse sera reprise par les néo-class qui tentent de montrer qu’il existe un équilibre général sur tous les marchés. Critiques formulées par Malthus et Sismondi à la même époque puis par Keynes qui montre que l’hypothèse sous-jacente est celle de la monnaie voile et qu’elle n’est pas forcément avérée.
Ø Distinction prix réel : valeur de chaque marchandise et prix nominal : quantité  d’argent qu’il faut pour céder ce bien contre un autre bien donné. Ainsi, la valeur de l’or et de l’argent variant, le prix nominal peut changer sans qu’il y ait changement du prix réel. Donc, la valeur travail est difficile à mesurer donc véritable prix, celui du marché qui est marchandé, débattu.
Ø Distinction prix naturel : ce que vaut vraiment la marchandise et prix de marché : confrontation offre et demande. Théorie de la gravitation des prix de marché autour du prix naturel.
L’analyse de la répartition
Salaires, profits et rentes sont trois sources primitives de revenus.
Ø Les salaires : c’est parce qu’il y a eu appropriation privée des moyens de production que le travailleur ne récolte pas l’ensemble du produit de son activité. Conflits d’intérêts et les employeurs sont presque toujours gagnants car moins nombreux et plus riches donc plus organisés. Donc le salaire se fixe au niveau du minimum de subsistance.
Ø Les profits : la concurrence tend à faire diminuer les profits.
                             A. John Stuart Mill :1806/1873

Mill peut être qualifié de réformiste. S’il défend la propriété privée et l’éco concurrentielle, il est conscient des inégalités sociales de son époque et refuse d’assimiler le progrès éco au progrès social.




Le progrès ne peut se réduire à la croissance éco
La croissance des biens disponibles doit s’accompagner d’une meilleure distribution des richesses. Mill dénonce « le faux idéal de la société humaine » qui réside dans l’accumulation toujours plus grande des richesses et qu’il faut combattre. Il faut attacher moins d’importance au simple accroissement de la production et assurer un véritable progrès dans les domaines écos et social.
Le progrès passe par une meilleure distribution des richesses
L’essentiel est d’assurer une vie décente à chacun. Mill est favorable à la mise en place d’une législation appropriée sur les droits de succession et les donations qui pourrait réduire les disparités de patrimoine. Mill sera aussi l’apôtre de la participation des salariés aux résultas de l’entreprise.
Le progrès social implique une modification des rapports sociaux
Mill est partisan d’une société assise sur des rapports égalitaires entre ouvriers et patrons, hommes et femmes, il condamne les relations humaines fondées sur la dépendance. Le progrès social implique une association d’intérêts entre groupes sociaux érigée sur des rapports d’indépendance.
Plusieurs facteurs peuvent jouer de façon favorable à cette association d’intérêts :
Ø L’amélioration du niveau d’instruction
Ø Une mobilité sociale accrue
Ø Une participation des ouvriers aux résultats de l’entreprise
En ce qui concerne les femmes, Mill affirme que l’assujettissement des femmes implique une sous-utilisation des capacités féminines ce qui constitue une perte sèche pour l’éco du pays.
L’intervention de l’Etat
Si Mill est convaincu que le laissez-faire doit être la règle générale, l’Etat ne peut avoir un rôle limité à ses fonctions d’Etat gendarme. L’intervention de l’Etat peut être nécessaire quand :
L’individu n’est pas toujours le meilleur juge de ses intérêts
Le consommateur n’est pas toujours bon juge ni de ses besoins réels, ni de la qualité de la marchandise
Les conditions de la concurrence ne sont pas toujours remplies sur les marchés réels
Les mécanismes de marché ne peuvent spontanément conduire à une amélioration des conditions de travail
La concurrence ne peut pas résoudre le problème de la pauvreté


logoblog
Previous
« Prev Post