mercredi 10 octobre 2018

Cours Théorie Générale des obligations droit marocain Mme boutayb pdf

  droitenfrancais       mercredi 10 octobre 2018


Cours Théorie Générale des obligations
Elément de Droit Privé Théorie Générale des Obligations
Prof. Mme. Noura BOUTAYEB
Par Ali EL KADIRI BOUTCHICH Droit Français tronc commun Semestre 2 Année universitaire 2010/2011







Quelques notions
 Au Maroc c’est le D.O.C. (Dahir des Obligations et contrats)
 En France c’est le Droit civil contraire au Droit religieux
 Le D.O.C. est inspiré du Droit Civil français (3 tomes), mais il n’a puisé que (ou plutôt a fait plagiat) du code des contrats et contrats nommés.
 Le D.O.C. remonte à 1913 durant le protectorat
 Une obligation est un lien juridique ou moral entre 2 personnes
 Une obligation soit elle est juridique (non application entraine une sanction), soit elle est morale (non sanctionnée)
 Une obligation donne lieu à une prestation entre Débiteur et Créancier
 Le contrat devient une loi entre les deux parties
Introduction
L’étude des contrats fait apparaître des constantes qui constituent autant de principes directeurs.





1. Une idée de variété
Elle tient à la richesse et à la mobilité de la matière (dynamique). Ex : le contrat de franchise, hypothèque (pour l’immobilier), nantissement (pour le matériel), les donations.
2. Une idée d’uniformité (homogénéité)
Elle tient en principe classique du contrat, à la théorie classique du contrat.
3. Une idée de distorsion
Une distorsion entre la théorie classique et la théorie moderne du contrat (la réalité contractuelle). Ex : contrat des assurances, crédits…
Section I La classification des contrats
Le contrat peut être classé :
 Selon sa forme, il peut être bilatéral ou unilatéral (l’acte).
 Selon ses effets. Ex : contrat commutatif ou aléatoire (l’assurance)
 Selon son caractère (un contrat gratuit ou onéreux). Ex : Don
 Selon la durée (les contrats successifs ou instantanés). Ex : échéance ou immédiate.
Il existe une variété de ses contrats, par ailleurs, le contrat peut se conclure en considération de la personnalité du contractant. (Intuitu personae).
Quand est-il de la classification du D.O.C. ?
Contrairement au Droit Civil Français, le D.O.C. ne fait pas la distinction précitée, cependant, il classe les contrats au niveau de la forme.
1. Le contrat consensuel (consentement)
En droit marocain le consensualisme constitue la règle, Art. 488 du D.O.C. : « La vente est parfaite entre les parties, dès qu'il y a consentement des contractants, l'un pour vendre, l'autre pour acheter, et qu'ils sont d'accord sur la chose, sur le prix et sur les autres clauses du contrat. »
Update 19 mai 2011 Théorie Générale des Obligations ali_elkadiri@yahoo.fr
3
2. Le contrat non consensuel (insuffisant)
Le consentement à lui seul ne suffit pas, il faut rajouter une deuxième condition. Ex : le mariage ; en plus du consentement il faut rédiger un contrat (Acte). Il faut qu’il y est un accomplissement d’une formalité écrite.
Le D.O.C. classe également les contrats sur le caractère (les contrats à titre gratuit et les contrats à titre onéreux). Par ailleurs, il classe les contrats nommés et les contrats innommés1. On appelle contrat innomé : les contrats qui sont conçus par les parties en vertu d’une liberté contractuelle.
Le D.O.C. classe les contrats qui sont nés de l’évolution contemporaine du contrat. (Des contrats gré à gré, contrats collectifs et contrats individuels).





logoblog
Previous
« Prev Post